Le soir, à force de regarder bouger le monde derrière la vitre de son salon, L., immobile, en était arrivé à croire qu’il vivait de l’autre côté.
 

Huile sur toile (30×30), 25 août 2012 – TRAVAIL EN COURS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.