Lorsque le soir tamise ses nuages à travers le velux, l’escalier commence à se manifester en faisant craquer à l’improviste une marche.
Les tuyaux jusqu’à présent somnolants se réveillent alors et voilà le radiateur qui entame son concert de claquements secs. Puis c’est au tour du réfrigérateur qui s’imagine quadrimoteur traversant l’atlantique.
L’homme, insouciant, dort. Il est ailleurs ; dans une ville clouée par le soleil.
Acrylique sur toile (100×35), 24 décembre 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.